Dolce vita à Trieste : 14 au 18 juin

Ca y est, nous voici revenus de notre périple en Frioul Vénétie

 

Ce sont bien 45 personnes qui ont voyagé avec les Autocars Jeanneret le mercredi 13 juin à destination de Trieste via Venise.

Les hommes

Nos p'tites femmes

Le reportage de Stef

Quel plaisir pour tous les joueurs en premier, les accompagnateurs et supporters aussi...

Départ de Besac vers 21h, quelques arrêts « techniques » des parties de cartes, des jeux, des petits dodos et 11 heures plus tard...

Une merveilleuse halte à Venise la ville éternelle, celle des amoureux, Venise la rouge, la Sérénissime...

Arriver en vaporetto, tout près du palais des Doges, voir le fameux pont des soupirs, traverser la place Saint Marc, apercevoir sa cathédrale, son campanile, se perdre dans les rues de cette ville magique, parcourir les ponts, découvrir les places cachées, les fontaines, les artisans, faiseurs de masques, flâner, sentir, ressentir, regarder les gondoles glisser lentement le long des canaux avec ses touristes heureux, les chanteurs accompagnant leur promenade romantique et nous faisant profiter de ces instants de douceur, …

 

Puis, après une attente « interminable » des inévitables retardataires qui se sont réellement perdus dans la ville (ou comment prendre une ligne de vaporetto en sens inverse !), direction Trieste.

 

Nous sommes arrivés dans la douceur d'une journée ensoleillée dans un très bel hôtel, le Riviera & Maximilian's. Les chambres une fois distribuées par les tour-opérateurs du B15, à savoir les inébranlables et incroyables Doudou et Jean Marie, nous avons fait connaissance avec les lieux. Très jolie construction typiquement « triestienne » donc plus proche du style viennois que napolitain. Belles chambres confortables, donnant toutes sur la mer car l'hôtel surplombe la belle bleue. Accès par un sentier à la plage pour les plus courageux ou par un ascenseur pour tous car la remontée est rude !

 

Mais n'oublions pas l'objet de notre périple : le tournoi EGOR

 

Rendez vous pris pour 19h00 sur la terrasse pour distribution des nouvelles chemises roses mais aussi d'un sac offert par l'EGOR pour le tournoi.

 

Départ pour Trieste pour la première soirée. Très simple, un peu confuse mais finalement tout le monde, en tout cas nous, y a trouvé son compte et a passé une très agréable soirée. Rentrés tôt car le lendemain, les choses sérieuses allaient commencer. Voir le compte rendu sportif !!!

 

Beaucoup de supporters(trices) sont venus admirer les athlètes de haut niveau que sont les Bisonquinze. Malgré un premier match âpre et perdu avec honneur, nous sommes convenus qu'ils étaient quand même bien vaillants.

Pendant ce temps, d'autres se reposaient à l'hôtel et profitaient simplement de la mer ou de la piscine.

 

Le midi, une troupe de femmes vaillantes s'est aventurée sur les routes très fréquentées pour se rendre au village voisin des terrains. En effet, le tournoi se déroulait assez loin de Trieste et il était assez compliqué de s'y rendre autrement qu'en car ou éventuellement en bus local.

Bel intermède que ce moment passé dans une trattoria. Vaste batisse au cœur du village, possédant, quel bonheur !, une grande cour ombragée. Ces dames furent choyées et passèrent un bon moment.

 

Le 2ème match de l'après midi a été écourté à cause de la mauvaise volonté des adversaires (est-ce bien la réalité?) et tout le monde est rentré à l'hôtel pour se retrouver rapidement autour d'un apéritif convivial sur la terrasse baignée du soleil de fin de journée.

 

Puis notre « super Francis » nous a dirigés le long du grand canal pour rejoindre le restaurant qu'il avait réservé pour nous. Encore une bonne soirée qui s'est terminée pour les plus sérieux à l'hôtel après ce joli moment, pour les moyennement sérieux après quelques mojitos bien tassés dans un bar de nuit et pour les pas sérieux du tout sur la plage autour d'une bouteille et de quelques péripéties nocturnes dont nous tairons ici le contenu... Zut, si allons y : bain de minuit, bataille avec des moules, nourrissage de poissons et saignements dus aux rochers !

 

Que dire du lendemain ? Des joueurs au repos, des femmes lézards et des irréductibles qui, malgré une nuit courte, trop courte, se son dit : « et si on visitait Trieste ? »Il faut dire que notre Jéjé avait concocté un parcours découverte des endroits essentiels de Trieste à visiter et des escales nécessaires pour se désaltérer. Autant dire qu'il serait utile de revenir pour finir cette promenade culturelle. Ceux qui ont visité Trieste auront quand même admiré ses grandes places, son port, sa vieille ville, son funiculaire et le point de vue imprenable sur la ville, son théâtre romain et ses pubs !

Puis, après un loupé dû au décalage horaire, les vaillants guerriers rentrèrent bien sagement car le lendemain annonçait une journée ardue alors que la ville avait retrouvé une vie trépidante avec la nuit, le port, les rues et les places illuminées, les belles italiennes sortant soudain de leurs maisons pour se promener tranquillement dans la douceur de la nuit.

 

La journée du lendemain a tenu ses promesses, tant par l'engagement que par la chaleur qui aurait pu accabler les joueurs qui  s'en sont sortis avec les honneurs puisqu'ils ont gagné les deux matchs avec panache.

Après une longue, très longue, attente entre les 2 matchs, nous avons pu enfin tous profiter de la siesta ou de la spiaggia ! Puis l'ultime soirée, l'ultime apéritif sous les joyeux rayons du soleil, le repas de gala à Trieste, les dernières tribulations de certains qui montèrent à l'assaut d'une table pour mettre le feu à la soirée ! LA table !!!

Les intrépides ont fini leur dernière nuit au bord de l'eau, tard, très tard.

Le lendemain, tout le monde s'est retrouvé sur la terrasse pour un tout dernier petit déjeuner, avec, dans l'esprit de tous, le syndrome « Finger » : "vous pourriez pas nous le faire un peu plus long le sejour ? " "Un jour de plus ?"

 

Toute bonne chose ayant une fin, nous sommes remontés dans le car avec Denis LE chauffeur, qui lui aussi se souviendra de ce périple des Bisonquinze, qui risque même de devenir le chauffeur autoproclamé spécialiste des Bisonquinze...

12 heures plus tard, notre bonne terre bisontine et des souvenirs plein la tête, pour tous, pas tous les mêmes mais des beaux souvenirs quand même !

 

Nos aventures sportives

2 jours sont consacrés aux rencontres, Vendredi et Dimanche.

Au programme de Vendredi nous avons une équipe Slovène "Veterani Ljubljana" et une équipe Italienne "Vecio Rugby Tréviso".

 

Quant à Dimanche ce sera une équipe Isrélienne "Elders of Zion" que nous avions jouée en 2006 à Zürich et une autre équipe Italienne "I Veci del rugby Revigo".

Pour éviter tout surmenage, les organisateurs nous font jouer le premier match Vendredi à 9h45 et le second à 15h30.

Après un petit déjeuner des plus sympatiques tant par les mets que par la vue, la navette vient nous prendre à l'hôtel à 8h15, nous mettrons plus de 35 mn pour arriver aux terrains qui se trouvent à moins de 5 km à vol d'oiseau ce qui vous laisse imaginer le relief environnant.

 

Veterani Ljubljana vs Bisonquinze : 2-1

L'échauffement n'est pas vraiment de qualité, on parle plus des gabarits de nos adversaires Slovènes que de motivation.

Le coup d'envoi est donné par les bleus de Ljubljana et....... en-avant d'entrée de jeu. On n'y est pas et du coup on subit, on subit et on subit. La première mi-temps se passe pratiquement dans nos 22 mètres. Devant c'est éparpillé et derrière ça monte en dents de scie. La défense est héroïque mais plus que fautive ; les pénalités pleuvent mais heureusement nos adversaires n'arrivent pas à conclure suite à quelques maladresses.

Finalement ce qui devait arriver arrive et nous encaissons un essai en fin de mi-temps.

La deuxième mi-temps reprend sur le même topo, pour tout arranger au bout de 5 mn mon tendon ne tient pas à ma seule accélération et je dois déclarer forfait pour le reste de la compétition.

Pendant que je me fais soigner, les Slovènes marquent rapidement un 2ème essai.

Nous sortons enfin de notre torpeur et suite à un petit exploit personnel, Thomas sert Christophe pour le 1er essai du week-end.

En fin de mi-temps nous aurons une occasion d'égaliser mais Thomas sera repris in extremis à 10 mètres de la ligne.

Score final 2-1 mais que ce fut dur.

Félicitations aux petits nouveaux (Eric, Titchew, Titi) qui honorent leur première cap internationale contre une belle équipe très complète.

Maintenant une longue attente nous attend avant notre prochain match.

Nos supportrices nous quittent afin de trouver au village d'à côté un café avec une terrasse ombragée. Oui, l'ombre manque et la crème solaire coule à flot mais moins que la bière grâce à Gégé, Philippe, Claude et Camille qui se chargent impeccablement de l'intendance.

 

 

Bisonquinze vs Vecio Rugby Treviso : 0-0

La seconde rencontre contre les Italiens de Trévise se soldera par un match nul 0-0. Nous dominons plus que largement la première mi-temps mais que d'occasions ratées. Trévise est acculée sur sa ligne et commet beaucoup de fautes (comme nous dans le match précédent). Ils sont sauvés par le coup de sifflet de l'arbitre.

Pour la 2ème mi-temps nous commettons l'erreur de changer trop de joueurs confirmés par des joueurs moins habitués à la guerre de tranchée. Les mouches ont changé d'âne et c'est nous qui sommes obligés de défendre notre ligne des assauts Trévisans.

A notre tour d'être fautifs mais nos adversaires sont moins patients que nous, la tension monte et leur agacement devient plus que limite. Suite à une agression sur notre Fanfan quelques baffes sont échangées et l'arbitre arrête le match. Que de frustrations, l'équipe était à notre portée mais nous n'avons pas su concrétiser en première mi-temps nos nettes occasions.

Bilan de cette première journée : 1 défaite (la première dans les tournois EGOR), 1 nulle et surtout une désagréable sensation de ne pas s'être vraiment fait plaisir sur le terrain.

En dehors du terrain, pas de soucis ce fut nickel chrome !!!

 

Elders de Zion vs Bisonquinze : 0-4

Dimanche, pas de grâce matinée !!! Notre match est prévu à 9h, lever de bonne heure, transport avec notre bus. Nous arrivons sur le terrain avec la ferme intention de ne pas renouveler la prestation de vendredi.

Nous retrouvons Les Elders de Zion contre lesquels nous avions joué à Zürich et qui nous avait également complété à l'époque lorsque l'effectif s'était amoindri.

L'échauffement est bien plus sérieux, les passes sont de qualité avec très peu de ballons tombés.

L'arbitre a dû avoir une petite panne de réveil ; finalement le coup d'envoi ce fait à 9h15 et c'est une toute autre équipe B15 qui se met à jouer grouper, des sorties de balles plus rapides et ça écarte plutôt que de revenir intérieur.

Le ballon sort d'un regroupement avec Doudou qui part petit côté, sert Gérald qui fait la différence et remet à Doudou qui conclut. 1-0

Plus tard, sur mélée fermée, Thierry sert Sb parti côté fermé, feinte de passe qui mystifie toute la 3ème ligne adverse et 3 crochets plus loin finit entre les perches. 2-0

Avant la mi-temps Gérald marque le 3ème essai suite à une attaque classique où la balle file à l'aile. 3-0 à la mi-temps.

La deuxième mi-temps sera plus équilibrée, B15 souffle après une première mi-temps intense. Doudou va prendre le ballon entre deux adversaires, s'enfonce, cherche désespérément du soutien, envoie des appels à l'aide et se voyant abandonné décide de finir le boulot et s'envole (plutôt s'arrache !!!) vers la ligne de but.

On perdra plus tard Jean-Yves qui se fait bien ouvrir le crâne (5 points) et doit partir se faire recoudre à l'hôpital accompagné d'Elise pour être sûr qu'il retrouve le chemin.

Score final 4-0.

Notre prochain et dernier match est prévu à 12h30. Super, on pourra rentrer assez tôt pour profiter de l'hôtel avant la soirée de gala.

Tout le monde va se réhydrater, les organisateurs nous ont installés une buvette à côté du terrain cette fois. On retourne voir les matches mais on apprend que vu le retard pris notre match est décalé. Thierry et Jérôme vont négocier et refusent la proposition de jouer vers 16h, finalement ce sera 14h et le match sera de 2 fois 10 mn au lieu de 2 x 15.

Bisonquinze vs I veci del rugby Revigo : 3-0

L'attente laissera le temps à Jean-Yves de revenir avec un superbe pensement mais le staff médical de notre terrain nous fera savoir qu'ils interdisent à JY de rejouer. On se demande bien pourquoi !!!

Enfin il est temps de retourner à l'échauffement, l'attente a fait retomber les bonnes dispositions, bref pas terrible cet échauffement.

Après 3 coups d'envoi nous arrivons à envoyer le ballon à plus de 10 mètres !!! Ouf !!!

Nos adversaires Italiens nous accrochent, nous avons perdu la cohésion. Devant le soutien tarde et derrière on repert dans les mauvais choix. On atteint la mi-temps sans avoir montrer grand chose mais sans avoir trembler non plus. 0-0

Avec Cheche nous jouons notre rôle de coach et demandons d'écarter les ballons.

Revigo engage et nous obtenons une mêlée sur notre ligne des 10 mètres. Cette fois ça ouvre grand côté, Fabrice prend l'intervalle externe et franchit le premier rideau. Chistophe croise et c'est parti pour aller à dame après plusieurs relais entre les 2 compères, finalement ce sera Fabrice qui applatira. 1-0

Pour le 2ème essai c'est Vincent qui part en percussion, libère le ballon, ça ouvre derrière avec Loulou, Pascal et Christophe qui franchissent la défense. La différence ce fait par le relai de Loulou qui passe les bras pour servir Christophe qui marque son deuxième essai du week-end et rejoint Doudou. 2-0

Le 3ème essai sera marqué sur une interception de Thomas qui anticipe superbement et subtilise la passe entre deux Italiens. Il donne à Loulou qui a bien suivi et marque. Thomas devient meilleur passeur décisif des B15.

Le match se termine sur notre victoire 3-0

 

Après des débuts difficiles, Bisonquinze est monté en puissance et finit le tournoi sur 2 victoires, 1 nulle et une défaite mais surtout avec 8 essais marqués pour 2 seulement encaissés.

Bravo à tous, nous sommes presque Champion d'Europe